Coupe du monde de football de 2018

Selon la loi du 4 juillet 2016 promulguée par Vladimir Poutine, la carte d’identité de spectateur — ou « passeport du supporter », ou encore ID-fan, sera valide dix jours avant le début du tournoi et expirera dix jours après le dernier match de la compétition. Les supporters étrangers devront également présenter une pièce d’identité approuvée par la Russie et le billet pour l’événement sportif auquel ils vont assister.

Cette loi dispose que les membres des délégations officielles, les sportifs, les personnes incluses dans les listes de FIFA, les supporters munis du laissez-passer et les volontaires pourront utiliser les moyens de transport urbains et suburbains, y compris les trains de banlieues et le métro en fonction de l’itinéraire des compétitions sportives.

Le tirage au sort de la phase finale de la Coupe du monde 2018 a lieu le 1er décembre 2017 à 18h (heure de Moscou) au Kremlin, à Moscou. Le maître de cérémonie est l’Anglais Gary Lineker20. L’ambassadrice de la Coupe du monde en Russie est Victoria Lopyreva21.

La répartition des équipes qualifiées dans chacun des quatre chapeaux a été décidée le 14 septembre 2017 par la FIFA22. Pour le Mondial en Russie, sauf pour le pays organisateur, la fédération internationale a constitué pour la première fois de son histoire ses quatre chapeaux en se basant uniquement sur le classement FIFA. Cependant les critères géographiques n’ont pas disparu pour le tirage ; c’est-à-dire qu’il n’a pu y avoir plus d’une sélection par confédération dans un même groupe à l’exception de l’UEFA autorisée à placer deux de ses équipes dans un même groupe car il y a plus d’équipes qualifiées (14) pour cette confédération que de groupes (8). Il y a donc six groupes du premier tour avec deux nations UEFA. Le tirage au sort n’est donc pas intégral puisqu’il a fallu jongler avec ces critères géographiques.

Les sept nations qualifiées les mieux placées au classement FIFA d’octobre 2017 (publié le 16 octobre) et la Russie, pays le moins bien classé au moment du tirage23, sont donc dans le premier chapeau. C’est le classement d’octobre qui est pris en compte et non celui de novembre, pourtant en vigueur lors du tirage, pour ne pas favoriser les équipes ayant dû passer par les barrages.

Alors qu’elle est saluée par de nombreuses fédérations nationales de football, la désignation de la Russie pour l’organisation de la Coupe du monde 2018 est suivie de plusieurs polémiques, et ce dès l’annonce du résultat du vote. En effet, le dossier russe est celui qui nécessite le plus d’investissements en termes d’infrastructures, ce qui laisse un doute sur le fait que le pays sera prêt en 2018. L’influence de Vladimir Poutine semble avoir été grande, lui qui était alors Premier ministre russe, a notamment soutenu publiquement la FIFA, dont certains membres ont été accusés de corruption dans le processus de désignation. Des enquêtes réalisées à ce sujet par plusieurs médias anglais comme la BBC ou le Sunday Times pourraient ainsi avoir joué en défaveur de la candidature anglaise. Celle-ci ne récolta que deux voix et fut éliminée dès le premier tour du scrutin.

Il est annoncé en 2015 que les Pays-Bas et la Belgique étudient l’opportunité de déposer une plainte commune contre la FIFA33. La KNVB se dit biaisée par le système, car elle avait procédé de manière transparente